Des livres, des films, des émissions, des musiques, de l'art pour apprendre et comprendre le monde

Du nouveau pour 2009 : Lire-écouter-voir devient Samarra !

Après un an de bons et loyaux services, Lire-écouter-voir fait peau neuve. Nous allons désormais continuer ce qui a été entrepris sur un blog partenaire du site Mondomix consacré à toutes les musiques du monde.

Ce nouveau blog s'appelle Samarra et a démarré depuis quelques jours. Nous allons continuer à y publier des articles sur les sujets et les supports (BD, manga, musique, films, livres, peinture,...) qui ont fait le quotidien de Lire-écouter-voir en 2008.

Rendez-vous tout de suite sur Samarra !

samedi 1 mars 2008

La seconde guerre mondiale en chansons (françaises) 2.

La chanson française de la seconde moitié du XXème siècle s'est intéressée à de nombreuses reprises à la "France des années noires". Revenons ici sur quelques titres connus qui évoquent différents aspects du conflit et donnent aussi à voir les représentations que l'on s'en ait fait longtemps après les faits. Ce second volet revient sur la France à la Libération et les souvenirs ou repésentations du conflit bien après les faits:

* La libération de la France est bien sûr célébrée.

- Mireille Mathieu: "Paris en colère".


Combats de rue lors de la Libération de Paris en août 1944.

Cette chanson de 1966 s'inscrit tout à fait dans le cadre du mythe résistancialiste véhiculé par les gaullistes. La chanson, composée par Maurice Jarre, revient sur le soulèvement parisien d'août 1944. Comme le général e Gaulle dans son discours de l'Hôtel de ville fin août 1944, le rôle essentiel joué par les alliés dans la libération du territoire, et de Paris, est minimisé. Ici, le rôle des alliés n'est même pas évoqué.

De Gaulle lors du discours de l'Hôtel de ville, Paris, août 1944. "Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé !
Mais Paris libéré ! Libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l'appui et le concours de la France tout entière, c'est à dire de la France qui se bat, c'est à dire de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle. "

Les Français, unis comme un seul homme, se soulèvent pour bouter l'ennemi hors du territoire. Rien n'est dit des collaborationnistes. Paris l'insoumise, capitale d'un pays farouchement attaché à son indépendance, sont ici célébrés. Les mauvais souvenirs sont refoulés, les comprissions, l'attentisme dominant d'une population longtemps pétainiste sont tus.

Que l'on touche à la liberté / Et Paris se met en colère /Et Paris commence à gronder / Et le lendemain, c'est la guerre.
Paris se réveille / Et il ouvre ses prisons / Paris a la fièvre : Il la soigne à sa façon.
Il faut voir les pavés sauter / Quand Paris se met en colère / Faut les voir, ces fusils rouillés
Qui clignent de l'œil aux fenêtres / Sur les barricades / Qui jaillissent dans les rues / Chacun sa grenade / Son couteau ou ses mains nues.

Attention, ça va toujours loin
Quand Paris se met en colère
Quand Paris sonne le tocsin
Ça s'entend au bout de la terre
Et le monde tremble
Quand Paris est en danger
Et le monde chante
Quand Paris s'est libéré.

- Maurice Chevalier:"Fleur de Paris".



Une foule en liesse accueille son héros, le général de Gaulle, août 1944.

Dans une même veine patriotique, on trouve l'hymne de la Libération, la "Fleur de Paris" interprétée par l'orchestre de Jacques Hélian, avant d'être reprise à de multiples reprises. Avec cette chanson, la France éternelle est une nouvelle fois célébrée. Ici, comme l'affirme de Gaulle, Vichy n'est qu'une parenthèse, un accident de l'histoire. Le titre semble prendre le pouls du pays après quatre années sinistres.

"C'est une fleur de Paris, / du vieux Paris qui sourit, / car c'est la fleur du retour / du retour des beaux jours.
Pendant quatre ans, dans nos coeurs, elle a garé ses couleurs, / bleu, blanc, rouge... / Avec l'espoir, elle a fleuri, / fleur de Paris".

free music


* Au bout du compte, ce mythe résistancialiste relativise considérablement le rôle des alliés dans la Libération de l'hexagone. Michel Sardou refuse cet état de fait et entend rendre un hommage appuyé aux soldats américains venus risquer leurs vies sur les plages normandes en juin 1944.
En outre, ce titre date de 1967, or depuis l'année précédente la France s'est retirée du commandement intégré de l'OTAN et de Gaulle multiplie les critiques à l'encontre des Etats-Unis. Sardou entend ainsi remettre les pendules à l'heure.


Corps d'un soldat américain sur une plage normande, juin 1944.

- Michel Sardou: les Ricains.

Michel Sardou se laisse aller à l'histoire fiction dans son épovantable hommage aux "Ricains". Tout en finesse, il assène sa leçon de géopolitique virtuelle, pensant rendre service aux Américains souvent victimes d'antiaéricanisme primaire:

Si les Ricains n'étaient pas là / Vous seriez tous en Germanie
A parler de je ne sais quoi, / A saluer je ne sais qui.

Un gars venu de Géorgie / Qui se foutait pas mal de toi
Est v'nu mourir en Normandie, / Un matin où tu n'y étais pas.

Merci pour la leçon Michel...

* Mais la Libération s'accompagne aussi d'une épuration implacable.

- Georges Brassens: "La tondue".




Femme tondue à la Libération.

La belle qui couchait avec le roi de Prusse / Avec le roi de Prusse
A qui l'on a tondu le crâne rasibus / Le crâne rasibus

Son penchant prononcé pour les " ich liebe dich ", / Pour les " ich liebe dich "
Lui valut de porter quelques cheveux postich's / Quelques cheveux postich's

Les braves sans-culott's et les bonnets phrygiens/ Et les bonnets phrygiens
Ont livre sa crinière à un tondeur de chiens / A un tondeur de chiens

J'aurais dû prendre un peu parti pour sa toison /Parti pour sa toison
J'aurais dû dire un mot pour sauver son chignon / Pour sauver son chignon

Durant l'été 1944, alors que les Alliés tentent de faire la reconquête du territoire, l'épuration sauvage débute dans les régions libérées. Elles se soldent par près de 9 000 victimes, du lynchage à l'exécution après une parodie de procès. Des femmes sont particulièrement visées. Près de 20 000 subissent des tontes pour motif de "collaboration horizontale", autrement dit des relations sexuelles avec des Allemands. Il s'agit de punir de façon symbolique celles qui, à l'instar de tout le pays, se sont fait posséder par l'ennemi. Pour les tondeurs, il faut aussi réaffirmer la prééminence masculine sur les femmes.
Dans "la Tondue", Brassens absout par principe toutes celles qui sont victimes des tontes.

free music


* Nagasaki et Hiroshima.


Les ruines d'Hiroshima.

Certes, les combats cessent en Europe le 8 mai 1945, mais de rudes combats continuent à faire rage en Asie orientale. Le Japon fanatisé d'Hiro Hito entend faire de chaque débarquement américain sur une des îles de l'archipel un véritable enfer. Les kamikazes poursuivent leurs vols désespérés contre les navires américains. Truman redoute des combats meurtriers et très longs. Il prend donc une lourde décision, celle d'utiliser les bombes atomiques récemment mises au point.

- Claude Nougaro: "Il y avait une ville".

"C'était étrange / Est-ce qu'il allait neiger des anges
Les gens guettaient dans un mélange/ D'inquiétude et d'amusement
Et brusquement/ Il y eut un éclair aveuglant
Et dans un souffle incandescent/ Les murs se mirent à trembler

Que s'est-il passé? / J'y comprends rien
Y avait une ville/ Et y a plus rien

Claude Nougaro décrit tout au long de sa chanson une ville dévastée par une explosion nucléaire. Il fait bien sûr référence ici aux villes japonaises de Hiroshima et Nagasaki, rayées de la carte par les bombardements atomiques de l'aviation américaine les 6 et 9 août 1945. Le premier bombardement aurait fait 150 000 morts et le second 75 000.

free music

une version reggae du titre dont j'ignore l'interprète (si vous connaissez le groupe, n'hésitez pas).

N'hésitez pas à nous signaler en commentaire des titres en rapport avec la seconde guerre mondiale. Merci d'avance.

Source principale:

- P. et J.P. Saka (dir):"L'histoire de France en chansons", Larousse, 2004.

Liens pour aller plus loin:

- LA MUSIQUE PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE (1939-1945)
- Divers articles sur les mémoires de la seconde guerre mondiale sur bricabraque.
- Si vis bellum, para pacem... par M. Augris.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci ça faisait un moment qu'on cherchait l'explication de la chanson de Nougaro, le mois de "mai" était trompeur...

Anonyme a dit…

Bonjour

Article intéressant, merci.
Pour le nom du groupe qui a enregistré la reprise de le chanson de Nougaro, il s'agit de JUL PECLERS (YES PAPA PARTY). Je me suis servi de votre lecteur deezer... pour trouver l'info sur leur site ;)

Bonne continuation

J. Blottiere a dit…

Merci beaucoup, je cherchais cette information depuis longtemps.

J.B.

Anonyme a dit…

je comprends toujours pas, pourquoi il utilise le mois de "mai" svp