Des livres, des films, des émissions, des musiques, de l'art pour apprendre et comprendre le monde

Du nouveau pour 2009 : Lire-écouter-voir devient Samarra !

Après un an de bons et loyaux services, Lire-écouter-voir fait peau neuve. Nous allons désormais continuer ce qui a été entrepris sur un blog partenaire du site Mondomix consacré à toutes les musiques du monde.

Ce nouveau blog s'appelle Samarra et a démarré depuis quelques jours. Nous allons continuer à y publier des articles sur les sujets et les supports (BD, manga, musique, films, livres, peinture,...) qui ont fait le quotidien de Lire-écouter-voir en 2008.

Rendez-vous tout de suite sur Samarra !

lundi 18 février 2008

JUNO, une image des Etats-Unis différente


Voilà un film qui tranche avec une grande partie de la production américaine qui traverse l'Atlantique et qui envahit habituellement nos salles obscures. Ce film raconte la grossesse d'une adolescente, Juno sans tenter de nous asséner une morale religieuse ou bourgeoise particulière. Rien que pour cela, il mérite déjà d'être vu ! Le réalisateur Jason Reitman (dont le 1er film a été aussi un succès Thank You for smoking, pamphlet contre l'industrie du tabac) suit au plus près les espoirs et les désillusions de cette gamine qui résiste plutôt bien à ce qui pourrait être un drame dans l'Amérique puritaine.
Dans un premier temps, Juno souhaite avorter mais les manifestations ridicules devant le planning familiale et le manque d'humanité de l'institution font fuir la gamine apeurée. En cela, je pense que le film est un véritable témoignage de ce que la plus grande majorité des Etatsuniens pensent de l'avortement. (Ce n'est pas pour rien que la plupart des candidats à la présidentielle s'expriment contre l'avortement ou défendent mollement ce droit). Son père, un ouvrier sympathique et sa belle-mère l'assistent dans cette épreuve et l'aident à trouver une famille d'adoption pour le petit.


Voici la bande annonce




Juno réussit finalement à trouver une famille d'accueil. Un jeune couple aisé, vivant dans une Gated community reçoit la famille un peu prolo de Juno afin de signer un contrat d'adoption. La scène est drôle, Juno est spontanée parfois un peu grossière et choque la mère adoptive. Sans trop forcer le trait sur le fossé existant entre les classes sociales, le réalisateur nous montre une Amérique plurielle.
Heureusement, la fin ressemble à un happy end, doux amer. Elle abandonne son bébé et reprend sa vie d'ado atypique. Juno tombe amoureuse de l'adolescent un peu introverti, coureur de fond, avec qui elle avait eu l'enfant non désiré.
Tout fini par un duo de guitare, d'un joli folk...d'Andrew Bird.

Jean-Christophe Diedrich

2 commentaires:

M.AUGRIS a dit…

Allez voir le film avant de lire la fin de cet article !
Apparemment, les Gated communities ne sont pas complètement hermétiques...

Anonyme a dit…

Pas Andrew Bird mais les Moldy peaches, Kimya Dawson a eu en charge la BO et a placé un petit frenchy d'Annecy, Leo Bear Creek (batteur du groupe Coming Soon) et son Vampire...